Le Blog by

Le conseil bien-être des experts

La prise de parole en public

Que ce soit lors d’un discours, d’une réunion, d’un examen, ou tout simplement dans un groupe d’amis la timidité et le manque de confiance en soi peuvent faire tourner cette simple prise de parole en un réel enfer pour celui ou celle qui ne sait pas comment s’y prendre !

 

Prendre la parole en public n’est pas l’apanage de tous, et certains ont plus de facilité et d’aisance que d’autres.

Mais que peuvent-ils bien avoir de plus ? Le plus souvent, on croit à tort que le contenu d’une prise de parole ou d’un discours est ce qui est le plus important. En réalité, c’est principalement la façon dont les choses vont être dites qui va influencer la qualité de l’intervention et le niveau de compréhension du public.

Voyons ensemble les quelques astuces simples et diablement efficaces que je vous invite à mettre en pratique pour découvrir l’orateur/l’oratrice qui se cache en vous.

 

Adopter la bonne posture physique

On ne se rend pas compte à quel point le corps et sa posture peuvent influencer ce que pense l’autre de notre intervention, de notre présence et prestance.

Il faut bien comprendre que la majeur partie du temps nous ne savons pas ce que nous faisons de nos bras et de nos jambes. Une partie de notre cerveau est en charge de les positionner, et ce, en fonction de notre ressenti. Par chance, notre système nerveux est une autoroute à double sens ! Comme l’émotionnel peut jouer sur la posture, on peut jouer sur la posture pour influencer l’émotionnel !

L’idée est la suivante : Apporter stabilité et présence pour gagner en assurance et en attention.

Tout dépend de la position adoptée au départ :

En position assise

  • Installé au fond du siège
  • Les pieds bien ancrés au sol
  • La tête haute
  • Les épaules descendues
  • On évite les pieds croisés sous la chaise (signe de stress - surtout si le pied du dessus se met à trembler !)
  • Les mains en évidence au-dessus de la table, si table il y a.
  • On évite de tenir ou de jouer avec un stylo, une feuille ou tout autre objet
  • Ponctuer le discours avec les mains de façon contrôlée

 

En position debout

  • Les pieds ancrés au sol avec un écartement équivalent à la taille du bassin
  • Les bras au-dessus de la ceinture et non pas ballants de chaque côté
  • La tête haute
  • Les épaules descendues
  • Les mains tournées paumes vers le sol de préférence (la paume des mains vers le haut sera signe d’attente d’approbation et de considération de soi)
  • Les mains peuvent bouger mais de façon contrôlée
  • Le déplacement est autorisé, mais pas vers l’arrière. Latéral ou en avant. Seul le retour à la position initiale est « autorisé » pour un retour arrière.

En adoptant ce type de postures, vous aurez l’occasion de démontrer comme vous maîtrisez bien votre espace et par-delà votre sujet ! Même si ce n’est peut-être pas complètement le cas.

 

Le choix des mots

Je vous ai laissé entendre juste avant que le choix des mots n’était pas aussi important que la façon de les donner. Je signe et persiste avec une petite précision : privilégiez les images ! Vous savez ce qu’on dit à propos de l’image, elle vaut 1000 mots.

La métaphore a ce pouvoir de créer chez celui qui l’écoute de s’imaginer facilement la situation. Et si vous avez des métaphores amusantes c’est le jackpot !

Comme dirait Charlie Chaplin : « Le rire est le chemin le plus court entre deux personnes »

Prendre la parole en public c’est apporter un message et vouloir toucher son auditoire alors pensez-y !

 

La vitesse de parole et l’intonation

S’il est un défaut commun à toute personne qui tente de prendre la parole en public et d’en avoir peur c’est de parler beaucoup trop vite. Trop d’informations, trop vite… Il y a de fortes chances que personne n’ait réellement saisi votre message et que l’assemblée se sente vite dépassée et démotivée à l’idée de vous écouter encore.

 

Prenez le temps de parler doucement, tranquillement. Et pour vous y aider, aérez votre discours. Plus vous chargerez en mots, plus vous aurez besoin de parler vite pour faire comprendre le sens de vos phrases.

En prenant le temps de parler plus doucement cela vous évitera aussi la désagréable sonorité des « heuuuu », et vous laisserez le temps aux personnes de réellement profiter de votre discours et de se l’approprier en laissant les images s’intégrer dans leur esprit.

 

Ensuite pour ce qui est de votre intonation, faites en sorte de ne pas avoir une voix trop monocorde. Ce qui risquerait d’être plus hypnotique qu’autre chose. Modulez votre voix, vos intonations, donnez de la vie à votre discours. Appuyez sur les ponctuations.

Articulez ! Un excellent de s'entraîner consiste à parler avec un crayon placé entre les dents, poussant les commissures des lèvres légèrement en arrière.

 

Faites le test :

1. Lisez un texte à voix haute et écoutez le résultat

2. Placez un crayon entre les dents, lisez à voix haute un texte 2 ou 3 fois avec le crayon dans la bouche. Puis lisez-le sans le crayon entre les dents. Et remarquez la fluidité et la clarté de vos paroles

 

La maîtrise du silence 

La hantise du novice : Le silence ! Et pourtant vous gagnerez en impact et en bonnes impressions auprès de votre auditoire si vous êtes capable de maîtriser le silence.

Je ne vous dis pas de vous taire durant de longues minutes, mais d’adopter des silences réguliers afin d’accorder le temps à vos auditeurs de comprendre vos mots et surtout de donner plus de poids à ce que vous dites !

 

Faites le test : prenez quelques lignes dans un livre et lisez à haute voix :

1. Rapidement, comme vous auriez pu faire avant durant une intervention orale

2. Prenez le temps, mettez les ponctuations, faites des pauses régulières et appréciez la qualité de l’effet

Plus vous maîtriserez le silence, plus vous serez capable de captiver votre auditoire et de donner l’impression d’être une bête de scène ! Et ce qui est applicable pour une prise de parole en public l’est aussi pour une conversation autour d’un verre ou d’un repas.

 

Le sourire 

Il va de soi que le sourire que vous arborerez sur votre visage sera communicatif et donnera envie de suivre votre discours et d’écouter vos paroles. Bien entendu, vous pourrez jouer sur l’intensité de ce sourire en fonction de la situation.

Le sourire doit également passer par votre regard. Posez un regard bienveillant sur votre auditoire, il vous le rendra ! Le sourire au même titre que le rire, ou encore la tristesse, et le malaise se transmet facilement.

 

Les questions rhétoriques

J’aime beaucoup cette petite astuce qui est de lancer ce type de questions et de toujours mettre un moment de silence après ! Mais pourquoi lancer une question si on n’attend pas de réponse de notre auditoire ?

 

Hé bien, pour attiser leur curiosité et attirer de nouveau leur attention. Car aussi intéressant votre discours sera, il arrivera un moment où vous allez perdre votre auditoire. Et plus souvent que vous pourriez le soupçonner. Posez des questions « dans le vent » permet de remettre en route l’attention et l’écoute de votre public.

Par exemple, plutôt que de dire : « Nous allons agir de telle et telle façon pour produire le résultat X et puis à partir de ce moment nous pourrons commencer à atteindre le résultat Y … » C’est rasoir !

Partez plutôt sur ce principe de la question rhétorique : « La question est de savoir maintenant comment atteindre le résultat X ? [silence 1 à 2 vraies secondes] Et bien, nous allons agir comme ceci et cela… Une fois le résultat X obtenu, Il nous suffira, à partir de là pour atteindre le résultat Y… »

 

Bien sûr, ne surchargez pas votre discours de question rhétorique !

Exercez-vous à pratiquer le questionnement rhétorique de temps à autre pour vous familiariser avec. Vous apprendrez vite à l’apprécier et votre public aussi !

 

Que ce soit dans le cadre professionnel ou personnel, ces techniques ont été testées, éprouvées et approuvées !

Accordez leur toute votre confiance, et foncez !

Pour terminer, je vous dirais que la meilleure présentation ou intervention en public que vous pouvez donner sera toujours celle que vous aurez pris le temps de préparer et celle dont vous vous serez approprié le contenu. Tâchez autant que possible de garder ces quelques clés du succès de la prise de parole en public en vous, et plus vous les mettrez en application, plus vous apprécierez de le faire.

 

Julien GIRAUD
Sophrologue - hypnothérapeute - coach


Les commentaires sont désactivés.

Vous aimerez aussi...

4 façons de se faire respecter au travail

Se faire respecter au travail, ça ne vient pas qu’avec le temps… ça s’apprend ! Que vous venez d’arriver dans une entreprise ou que vous vous remettiez en question après quelques années d’ancienneté, voici 4 façons de vous faire respecter.

Lire la suite
Wengo

Wengo