Banniere Voslitiges
Ils parlent de Wengo

GAZETTE JURIDIQUE - DROIT DE LA FAMILLE

Anticiper les conséquences du vieillissement

La prise en charge de la dépendance, assurée par la solidarité nationale, ne devrait pas voir le jour avant 2015, au mieux. Vos parents vieillissent ? Il sera difficile de payer la maison de retraite lorsqu'ils seront totalement dépendants ?
Effectuez dès à présent quelques démarches pour appréhender ce moment avec sérénité.

La question de la prise en charge de la dépendance des personnes âgées est un sujet qui devrait être abordé par toutes les familles. En effet, il n'y a pas mieux placé pour garantir le bien être des derniers jours d'une personne âgée, qu'elle-même.

Loin d'être tabou, la question de la vieillesse peut être abordée très tôt, avec ses enfants par exemple, car il existe différents moyens d'aider les familles à assumer financièrement le coût lié à la dépendance, dont notamment :

  • la souscription d'un contrat d'assurance perte d'autonomie : financement des aides à domicile ; financement d'un établissement spécialisé ; prestations d’assistance ; capital premières dépenses ; etc.
  • la réalisation de travaux spécifiques : bénéfice du crédit d'impôt pour dépenses d’équipement du logement permettant à la personne âgée de continuer à vivre dans son logement(article 200 quater A du Code général des impôts) ;
  • le recours à un salarié à domicile : bénéfice du crédit d'impôt aide à domicile, ménage, repassage, courses, personne de compagnie, etc. (article 199 sexdecies du Code général des impôts) ;
  • le dépôt d'une demande d'aide personnalisée d'autonomie : accessible aux personnes âgées de plus de 60 ans ayant besoin, en plus des soins qu'elles sont susceptibles de recevoir, d'une aide pour accomplir principalement les actes essentiels de la vie courante ;
  • la mise en viager du logement dont la personne âgée est propriétaire, contre le versement d'une rente viagère : ce contrat consiste en un versement initial et périodique d'une somme d'argent à la personne âgée, et ce pendant tout le reste de sa vie, contre la propriété et la jouissance d'un bien immobilier, lors du décès du bénéficiaire de la rente ;
  • le recours au prêt viager hypothécaire : il permet au propriétaire d'un bien immobilier (75% de seniors sont propriétaires de leur logement) d'obtenir une somme d'argent au moyen d'un prêt garanti sur son immeuble, remboursable à son décès ou lorsqu'il vendra sa maison ou son appartement.
  • etc.

Régler la question de la dépendance d'un senior, le plus en amont possible, permet aussi de régler le problème :

  • de l'accès à une aide humaines pour accomplir les actes essentiels de la vie courante (toilette, ménage, courses, etc.),
  • de l'acceptation du changement de vie (notamment si la personne âgée a eut la possibilité de visiter plusieurs établissements) ;
  • de l'adaptation du logement aux besoins physiques de la personne (rampe d'accès, portes large, salle de bain de plein pied, éclairage, etc.) ;
  • de la réservation d'une place dans une structure adaptée (il faut parfois attendre un an avant d'obtenir un place en maison de retraite) ;
  • du coût financier d'un placement en maison de retraite ;
  • mais aussi de la surveillance régulière de la personne en raison de la dégradation de son état de santé (ex : maladie d'Alzheimer) ;
  • de la protection juridique de la personne âgée au moyen d'un placement sous tutelle par exemple (il s'agit d'une mesure judiciaire destinée à protéger une personne majeure et tout ou partie de son patrimoine).

Vous l'aurez compris, une fin de vie sereine se prépare avec ses proches dans un climat apaisé et réfléchi.

Pour vous aider dans vos démarches, notamment si vous envisagez un placement sous le régime de la tutelle, n'hésitez pas à contacter un avocat conseil.

Vous souhaitez éclaircir certains points ou en savoir plus ?
Des avocats sont à votre disposition 24h/24 par téléphone ou par email !

Aide ?