Le Blog by

Le conseil bien-être des experts

Burn out au travail : comment le qualifier en maladie professionnelle ?

Wengo

Wengo

L’expression burn-out (ou épuisement professionnel) correspond à un épuisement physique et émotionnel dû à un surmenage au travail. Celui-ci apparaît en général entre 1 et 5 ans en fonction de la capacité d’adaptation devant le stress du travailleur. Cette capacité de résistance va bien souvent dépendre de l’éducation et du vécu de la personne.

Une situation nouvelle sera subie plus difficilement par un salarié qui n’a jamais eu à gérer des épreuves stressantes par le passé et le burn out peut alors s’installer rapidement, en quelques mois.

I - Comment reconnaitre un burn out ?

Le burn out survient lorsqu’il existe un déséquilibre entre ce qui est attendu de la personne et les ressources dont elle dispose pour y faire face. Dans la cadre du travail, face à l’injonction d’être à la hauteur, le salarié va se surmener et vivre dans un stress permanent qui va se prolonger dans sa vie personnelle devant l’incapacité à faire face.

A) Quels sont les signes ?

Un médecin pourra poser un diagnostic sur la situation, cependant, on peut lister un certain nombre de signes révélateurs d’un burn out :

  • Sentiment d’être dépassé par la situation: la personne subit son travail et n’a plus l’impression de contrôler la situation.
  • Auto évaluation négative: le doute de soi s’installe alors qu’il n’était pas présent auparavant.
  • Difficulté à se détacher du travail : la personne a du mal à décrocher le soir et le weekend.
  • Fatigue sévère présente toute la journée : une fatigue s’installe, que des moments de repos n’arrivent plus à éliminer. Il peut alors arriver que la personne s’automédicamente pour tenir le coup.
  • Anxiété de plus en plus fréquente : la personne est en proie à de l’anxiété concernant son travail, mais cela peut s’étendre à d’autres pans de sa vie. Elle a plus de mal à gérer ses émotions.
  • Prise de distance avec ses proches : il devient difficile de sortir de chez soi, de voir ses amis et dialoguer avec ses proches.
  • Apparition de troubles somatiques : maux de tête, perte de mémoire, problèmes de peau, courbatures, tachycardie, augmentation de la tension artérielle, maux d’estomac…

B) Le point de non-retour du syndrome d’épuisement

A un moment donné, la personne n’a plus les moyens de faire face aux exigences de son travail, elle tombe alors en syndrome d’épuisement. En général, la personne passe par plusieurs phases : d’abord, une très forte hyperactivité, puis une grande fatigue, ensuite un déplaisir au travail et une baisse de rendement, des réactions psychosomatiques, et enfin la phase de « craquage », la personne a atteint ses limites et n’a plus la force d’avancer.

Cela peut se traduire par une incapacité physique et mentale à se lever un matin ou de se rendre à une réunion.

II- Comment faire reconnaitre le burn out par l’Assurance Maladie ?

Il est possible de faire reconnaître ce syndrome d'épuisement professionnel comme étant d'origine professionnelle même si c'est une maladie dite « hors tableau ». La première chose à faire est d’aller consulter son médecin qui va déclarer la maladie et ses symptomes.

Une pathologie psychique peut être reconnue au titre des maladies professionnelles sous deux conditions :

  • il est établi que la pathologie est essentiellement et directement causée par le travail
  • et, elle a entraîné une incapacité permanente partielle (IPP) égale ou supérieure à 25%.

Lorsque vous tombez malade et que votre maladie est liée au travail, vous devez formuler une demande de reconnaissance du caractère professionnel de votre maladie auprès de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie (CPAM).

Attention au délai puisque vous devez déclarer votre maladie dans les 15 jours qui suivent l'arrêt de travail.

Posez vos questions à un avocat en droit du travail par téléphone
Trouvez un avocat 

 

 


Wengo

Wengo

Les commentaires sont désactivés.

Vous aimerez aussi...

Trottinettes électriques : que dit la loi ?

Un nouveau décret modifiant le Code de la Route vient d’être présenté. De nouvelles règles encadrent la pratique de ce moyen de transport qui a le vent en poupe. Une réglementation qui pourrait s’appliquer dès septembre.

Lire la suite
Wengo

Wengo