Le Blog by

Le conseil bien-être des experts

Je veux divorcer : comment l'annoncer à mon conjoint sans perte et fracas ?

Wengo

Wengo

« Depuis des mois, les seuls mots échangés avec mon mari sont des insultes et des cris. Et les voisins ne sont plus les seuls à en avoir marre… »

La 36ème chance que l’on s’est donnée n’aura, elle non plus, servi à rien. Alors que le divorce semble être une évidence, mettre fin à un mariage me paraît compliqué. L’annonce de cette séparation va-t-elle faire de moi un monstre ? Comment dire à mon conjoint que je veux divorcer ? Après des heures de réflexion, je me suis lancée, et voilà comment j’ai procédé :

 

Oui, comme moi vous vous sentirez coupable. Oui, ça va faire mal. Le but de l’opération est donc de causer le moins de dégât possible. Dites-vous bien une chose : si le divorce existe, c’est parce que personne n’a trouvé de bouton pour contrôler ses sentiments. Et puis, si tout allait bien vous n’en seriez pas là. Votre futur ex-Jules a sûrement été prévenu, vous n’avez pas eu cette brillante idée un matin en vous réveillant. Pour parler dans un langage que les hommes connaissent : un joueur ne sort pas du terrain sans avoir reçu de carton jaune puis rouge. Alors arrêtez de culpabiliser et lancez-vous :

 

Annoncer le divorce à mon conjoint : moment idéal et règles de bienséance 

Une chose est sûre, on n’annonce pas un divorce comme on parle de la météo. Pour éviter que le choc soit brutal, mieux vaut se munir d’un calendrier pour trouver le moment idéal. Enfin, le moment le plus adapté… Loin de moi l’idée de vous faire croire qu’il y a un moment parfait pour ce genre d’annonce.

Je raye donc tous les anniversaires, le sien, celui de sa mère ou de nos 5 ans. Les matins au réveil, on n’est pas sûr que l’information passe bien, donc je n’y pense même pas. Et puis s’il avait une réunion importante de prévue, ce n’est pas super sympa. Les lieux publics ? A bannir. Si mon futur ex-Jules réagit fortement, la situation ne mettrait personne à l’aise.

Le mieux est de trouver un lieu, et moment neutre. Qu’il n’en vienne pas à associer pas la Saint-Valentin ou la fête de la musique avec notre « anniversaire de divorce ». (Vous riez, mais certaines personnes manquent cruellement de tact !)

Si mes calculs sont justes, le bon timing serait un soir, entre 18h30 et 22h (sauf si le bougre travaille de nuit).

Si votre conjoint fait partie de ces gens hypersensibles, je vous conseille de le mettre dans l’ambiance quelques temps avant. Pour éviter que l’annonce tombe comme un cheveu sur la soupe, j’ai décidé de préparer le terrain en amont. En évitant de basculer dans le sadisme, cela va de soi. Le message tant redouté « il faut qu’on parle » ne doit pas partir moins de trois heures avant la confrontation. Sauf si vous voulez qu'il angoisse toute la journée, et qu'il vous claque dans les doigts.

 


 ⚠️ Attention ⚠️

Ne vous torturez pas trop l’esprit pour trouver le moment idéal, au risque de tomber dans la procrastination. En soi, ce n’est jamais le bon moment d’annoncer à son conjoint qu’on le quitte. Il s’agit de trouver quand la pilule passera le mieux.


Vous avez besoin d'une oreille attentive et de conseils avisés pour y voir plus clair ? 
Nos psychologues sont à votre écoute

 

Quitter son partenaire : je ferai de l’humour plus tard

« - Tu sais nager ? Parce que je te largue. »

« - Chéri, fais tes valises ! - On part en vacances ? - Non, je te quitte. » 

A moins que votre partenaire ait un sens de l’humour surdéveloppé, autant faire dans la finesse quand vous lui annoncez que c’est fini. Rester élégant(e) c’est aussi une preuve de respect pour tout ce que vous avez partagé dans vos belles années.

Quand j’avais 16 ans, je me permettais ce genre de comportement, j’ai d’ailleurs une pensée émue pour ce pauvre garçon que j’ai lâchement largué par SMS, mais maintenant je suis une adulte responsable #pléonasme.

Quelqu’un qui souffre n’a pas besoin d’être davantage rabaissé par des moqueries ou une attitude irrespectueuse. Même si vous vous trouvez drôle sur le moment, abstenez-vous bien, sinon dites adieu à la séparation en douceur de vos rêves. L’humour ne peut pas tout solutionner.

 

Lui dire que c’est fini : la sincérité, ma meilleure alliée

Ce n’est pas en tournant autour du pot, ou en faisant des comparaisons tirées par les cheveux que votre conjoint prendra bien les choses. Une discussion franche lui sera bien plus bénéfique. Quand j’ai listé à mon mari les raisons qui m’ont poussée à demander le divorce il m’a dit, pour la première fois en 5 ans de vie commune : « oui tu as raison. »

Lui expliquer ce burn-out amoureux, lui a évité de se sentir nul, coupable ou encore frustré. Être sincère, sans être trop crue, tout en mettant les formes, c’est un travail d’orfèvre. Mais cela évite d’enfoncer le couteau dans la plaie. Quand on comprend une décision comme celle-là, on peut tourner la page plus rapidement puisqu’on ne perd pas de temps à se demander la larme à l’œil : « Mais pourquoooi elle m’a quitté ? ». Et au passage, cela évite de reproduire le schéma avec la prochaine, si prochaine il y a.

Un divorce à l’amiable est ce que vous pouvez souhaiter de mieux. Pour le partage équitable des biens par exemple. Ou pour éviter de se sauter à la gorge devant le juge, ou quand vous vous reverrez pour gérer vos enfants, si vous en avez eus. Si personne n’est vexé, il y a un espoir que ça ne puisse pas trop mal se passer ! La frontière entre l’amour et la haine est tellement fine…

Personnellement, j’avais plus envie de garder des souvenirs positifs de mon mariage qu’un goût amer à cause d’une fin tragique.

 


Quelques chiffres :

Si vous vous sentez seul(e), sachez que le taux de séparation s’élève à 45% en France. Concrètement, chaque année, 10 couples mariés sur 1000 divorcent.



Le divorce n'est pas une fatalité, vous le comprendrez en discutant avec nos experts.
Consultez nos meilleurs psychologues 

 

Annoncer la rupture : ça y est, je m’y jette

Savoir ce que j’allais annoncer à cet homme qui se tenait là, devant moi, m’a plongée dans une panique digne des plus grandes œuvres d’Hitchcock. Peur de voir son visage se décomposer, sentiment d’être responsable de la souffrance de l’autre, envie d’éviter de lui briser le cœur avec une rupture brutale… Croyez-moi celle qui part n’a pas non plus le meilleur rôle.

J’ai pris mon courage à deux mains, et ma voix a été plus forte que toutes celles qui se bousculaient dans ma tête. « Tu veux divorcer ? ». Ça y est la bombe était lâchée. Comme dans le scénario que je m’étais imaginé il a répondu « Pourquoi tu veux divorcer toi ? »

Et c’est ainsi qu’on a pu clairement se dire les choses...

Après des nuits entières passées à chercher à la meilleure amorce, je ne regrette pas d’avoir choisi la plus directe. Je ne lui demandais pas de jeter une vieille chemise abîmée, je lui annonçais que celle qu’il aimait allait partir. Le poète qui saura formuler une telle annonce avec douceur n’est pas encore né. Baudelaire et Vianney ne me blâmeront pas, j’ai fait preuve de calme, et d’indulgence autant que possible.

Évidemment lui l’était moins. Malgré sa réaction chargée en cris et en pleurs, je ne lui ai pas couru après. Après tout, exprimer ses émotions c’est une forme d’acceptation. Alors si vous n'avez pas l'intention de revenir en arrière, restez ferme et ne vous laissez pas attendrir par ses beaux yeux !

 

► Pour gérer toutes les situations familiales, découvrez comment éviter le conflit de loyauté à votre enfant !


Wengo

Wengo

Les commentaires sont désactivés.

Vous aimerez aussi...