Le Blog by

Le conseil bien-être des experts

Le niksen : je ne fais rien mais je le fais bien

Wengo

Wengo

Ah les nordiques ! A croire qu’ils ont vraiment tout compris. Après le hygge danois, le lagom suédois et le sisu finlandais, voilà un autre art du bien-être à la sauce pays nordique : le niksen, tout droit venu des Pays-Bas. En quoi consiste ce concept ? A ne rien faire. Ils ont vraiment tout compris !

 

Vous avez dit ? Nik ? Sen ?

Littéralement, Niksen signifie "ne rien faire", "être inoccupé" ou "faire quelque chose sans intérêt". Voilà déjà un concept qui fleure bon la subversion. Vous l’aurez donc compris, pratiquer le niksen, c’est ne rien faire, mais dans le but d’atteindre un parfait état de calme et de tranquillité.

Comment faire pour ne rien faire ?

Vous aussi vous vous retrouvez souvent devant votre télé à jouer au solitaire sur votre téléphone ou à faire défiler le fil d’actus sur les réseaux sociaux pendant que vous faites la queue à une caisse ? Eh oui, ce n’est pas une nouvelle, nous avons de plus en plus de mal à nous ennuyer, à ne pas être actif. Ne rien faire nous parait impossible. Il faut sans cesse occuper son esprit, être productifs, actifs, entre deux missions…

Le niksen va à l’inverse de tout ça. C’est une pause, au sens premier du terme, à savoir, regarder par la fenêtre, fixer les vagues, écouter les bruits de la ville autour de nous. En fait, le niksen permet de se déconnecter, de laisser voguer son esprit sans but précis.

C’est un moment où rien n’a d’importance, où l’on oublie tout le temps d’un instant, pour tranquillement se laisser aller dans un autre espace-temps qui n’appartient qu’à nous et n’a pas de prise avec le réel. Il pourrait se rapprocher de la méditation pleine conscience, mais il n’a que faire l’instant présent, il recherche la divagation et ne demande pas de discipline particulière. Ou alors une seule : celle d'assumer ce moment anti-productif à 100% et surtout ne pas culpabiliser afin d'en profiter vraiment.

Niksen

"C’est une pause, au sens premier du terme, à savoir, regarder par la fenêtre, fixer les vagues, écouter les bruits de la ville autour de nous."

Je paresse. Non je niksene

Attention, ne rien faire et ralentir le rythme n’est pas de la paresse, il s’agit avant tout d’une forme de lâcher-prise. Seule, on écoute son morceau de musique préféré, on s’assoie sur un banc dans un parc, on se balade, on ferme les yeux, son livre, son portable, on laisse les pensées nous traverser, et tout simplement, on ne fait rien du tout… Le niksen n’est pas un moment de paresse, mais un vide, un moment de "glande" qui propose de reprendre possession de son temps.

L’art de ne rien faire, pourquoi faire ?

Optimiser son temps au mieux est devenu une obsession pour beaucoup d’entre nous. On remplit son agenda de mille et une chose, et même quand nous pensons nous reposer, nous sommes en fait bien souvent devant une série, un écran, une expo… bref, nous ne laissons que peu de répit à notre cerveau. C'est dommage, ne rien faire d’utile, de productif a quelques effets positifs qui ne sont pas négligeables.

  • On chasse le stress en acceptant tranquillement de remettre à plus tard les pensées parasites (le dossier compliqué peut attendre, l'appel à l'assureur aussi)
  • On évite de céder à la pression
  • On réduit l’anxiété sur le long terme
  • On se prend moins la tête et on vide son esprit de toute charge mentale 
  • On est plus efficace en mettant son corps et son esprit en mode off, on y voit plus clair et on est même plus inspirée pour la suite.

Peut-être êtes-vous un adepte du niksen depuis longtemps, sans même le savoir, mais si vous débutez et que la glandouille ne coule pas de source pour vous, commencez par seulement quelques minutes, apprenez à laisser, au fur et à mesure, le temps passer sur vous et allez plus loin en découvrant tous les bienfaits de l'ennui.


Wengo

Wengo

Les commentaires sont désactivés.

Vous aimerez aussi...