Le Blog by

Le conseil bien-être des experts

Quand école rime avec souffrance : comment aider votre enfant ?

Wengo

Wengo

Article partenaire Bordas

Vous trouvez que votre enfant n’est pas comme d’habitude, il manque d’enthousiasme, le réveil est difficile à gérer, vous avez l’impression que le monde repose sur ses épaules et le fait d’évoquer l’école le fait sortir de ses gonds ?

 

Il peut être en souffrance scolaire, un syndrome aux multiples visages qui peut conduire à l’échec scolaire, l’isolement, la perte d’estime de soi voire même la dépression.

 

Selon un récent rapport du Comité français pour l’Unicef, plus d’un tiers des jeunes scolarisés déclarent être harcelés ou ennuyés par leurs camarades régulièrement (humiliation, brimade, racket, souffre-douleur, cyber-harcèlement …). Cette situation peut conduire tant l’élève de primaire que l’adolescent au décrochage scolaire et nécessiter par la suite des cours de rattrapage à domicile, après l’école. Le plus souvent les enfants n’osent pas parler spontanément de leur souffrance à leurs parents, car ils éprouvent un sentiment de honte.

 

Bordas Soutien Scolaire a demandé à Laurence Guin, psychologue Wengo, quelle attitude doit adopter le père, ou la mère, confronté(e) à cette problématique ?

Selon la spécialiste, il est important en tant que parent, d’être à l’écoute de son enfant et d’ouvrir le dialogue lorsque l’on constate un changement d’attitude ou de comportement. Elle conseille aux parents qui viennent la consulter d’avoir des moments privilégiés d’écoute avec leur enfant, dans un endroit calme et réconfortant mais surtout de choisir l’instant approprié. « Lorsqu’on est au calme à la maison par exemple et que l’on se rend disponible pour en parler avec l’enfant » il est plus facile d’échanger sur les raisons des difficultés scolaires – que ce soit en mathématique ou en français – et de trouver des solutions.

La psychologue, forte de ses 21 ans d’expérience professionnelle en psychologie et diplômée de l’Université de Nice – rappelle combien il est important d’avoir une écoute active et de ne rien faire d’autre lorsque le dialogue s’ouvre (ni tâche ménagère, ni regarder la télé, ni lire un magazine ou surfer sur internet…).

 

S’agissant plus particulièrement de l’angoisse de ne pas réussir scolairement – contrairement à ce que l’on pourrait croire – elle concernerait près de la moitié des jeunes.

Ceux qui éprouvent un sentiment d’angoisse de ne pas réussir assez bien à l’école ont 2,22 fois plus de risque de connaître de la souffrance psychologique que les autres, et ce sentiment frappe davantage les filles et les enfants vivant en famille monoparentale ou en famille recomposée. La vigilance est donc de rigueur si votre famille se trouve dans cette situation !

Lorsque l’enfant éprouve des difficultés à l’école, au collège ou au lycée, Laurence Guin recommande de « dédramatiser avant toute chose, prendre son temps pour comprendre ce qui pose problème à l’enfant, le rassurer sur ses capacités. » La psychologue insiste sur le fait que « chaque enfant, chaque adolescent a son propre rythme » et qu’il est important de le respecter, sans exiger à tout prix la réussite. Si le recours à un thérapeute se fait ressentir suite à des difficultés scolaires, c’est avant tout pour accompagner les enfants « dans l’expression de leurs émotions positives et négatives » pour pouvoir avancer.

Ces séances sont généralement suivies de cours de soutien scolaire avec un professeur particulier.

Cela suffit bien souvent à lui redonner confiance en lui, à l’aider à surmonter une difficulté et surtout à le motiver. Le pire en cas de difficultés scolaires est pour un parent de se dire que c’est temporaire, que cela va passer tout seul, et qu’après tout, ce n’est pas grave. Derrière un échec scolaire peut se cacher une véritable souffrance de l’enfant qu’il faut identifier puis soigner.

 

Retrouvez l'article sur Bordas


Wengo

Wengo

Les commentaires sont désactivés.

Vous aimerez aussi...