Le Blog by

Le conseil bien-être des experts

Trouble d’anxiété de séparation : qu'est-ce que c'est ?

Wengo

Wengo

A chaque séparation, c'est la même chose. Votre enfant pleure à chaudes larmes. Pourquoi vit-il si mal ce moment ? Cela pourrait bien venir d'une anxiété profonde. Pour la considérer comme un trouble d'anxiété de séparation, les symptômes doivent perdurer depuis au moins 4 semaines. Mais alors comment se caractérise-t-il ? Que faire pour aider un enfant souffrant du trouble d'anxiété de séparation ? On vous dit tout. 

Le trouble d'anxiété de séparation apparait lorsque l'enfant est particulièrement anxieux vis-à-vis d'une séparation avec les personnes auxquelles il est attaché. Si cette angoisse reste normale chez les enfants âgés entre 8 et 24 mois, elle peut être considérée comme un trouble si elle persiste au-delà ou si elle se manifeste plus tard. Vous pensez que votre enfant souffre de cette anxiété profonde ? Certaines caractérisques peuvent être révélatrices. 


 Le saviez-vous ? 

Le trouble d'anxiété de séparation toucherait environ 4% des enfants et des jeunes adolescents. 


 

Comment se manifeste le trouble d’anxiété de séparation chez l’enfant ?

L’enfant peut développer cette anxiété suite à un événement traumatisant comme la mort d’un proche ou d’un animal de compagnie, d’un changement d’école, un divorce, un déménagement…

Cette angoisse se traduit par une peur de l’abandon et de la solitude. Le plus régulièrement, l’enfant va exprimer sa peur d’être perdu et ne plus revoir ses parents. A cause de son jeune âge, il n’arrive pas à être objectif et élabore des scénarios catastrophes comme des accidents ou des maladies.

Trouble d’anxiété de séparation : symptômes chez l’enfant

Plusieurs indices peuvent vous indiquer que votre enfant souffre de ce trouble comme par exemple :

  • Un refus d’aller à l’école
  • Un refus d’aller dormir ailleurs que chez lui (chez des amis ou même chez les grands-parents)
  • Une incapacité à rester seul dans une pièce. Ici l’enfant recherche une présence constante. Telle une ombre, il suit à la trace l’un des parents (ou les deux)
  • Des cauchemars à répétition sur le thème de la séparation
  • Des douleurs physiques comme des maux de tête, nausées, pleurs, douleurs abdominales quand l’une des figures rassurantes n’est pas là (ou les deux)
  • Une quête de l’attention excessive
Contactez nos psychologues, ils sauront vous donner des conseils et astuces adaptés à votre enfant. 
Contactez-les !

Trouble d’anxiété de séparation : que faire pour aider votre enfant ?

Rien ne sert d’inciter votre enfant à aller à l’école, ou de lui dire et répéter que cela sera vraiment super chez ses grands-parents. Plus vous essayerez de le convaincre, moins il se sentira compris.

Pour l’aider, privilégiez plutôt les phrases du type, « Je comprends ta tristesse car se séparer n’est pas toujours facile. ». Pour l’aider et prévenir le trouble d’anxiété de séparation, quelques astuces peuvent vous être utiles :

  • Ne partez pas sans le prévenir, expliquez-lui la cause de votre départ. Si vous ne le faites pas, il vivra cela comme un abandon.
  • Si votre enfant a peur, surtout devant des étrangers, abusez des câlins. Pour éviter cette peur, dès le plus jeune âge habituez bébé à voir du monde.
  • Montrez-lui qu’il est capable de faire de grandes choses seul.
  • Poussez-le à être indépendant dans des actions du quotidien.
  • N’hésitez pas à lui laisser son doudou qui est une source de réconfort. Le doudou est aussi un bon moyen de réduire le stress chez l'enfant.
  • Apprenez-lui l’étape de séparation en jouant à cache-cache. Dès les premiers mois, cachez-vous derrière une couverture. Si l’enfant est plus âgé, cachez-vous dans la maison. Ce jeu lui permet de réaliser que vous existez toujours même s’il ne vous voit pas.
  • Optez pour des livres traitant de la séparation, comme A ce soir ! de Jeanne Ashbe ou encore celui de Elizabeth Pantley Elle est où, maman ? 

Notez que si votre enfant est excessivement anxieux, il est judicieux de consulter un psychologue et de commencer une thérapie cognitive qui permettra de comprendre l’origine de cette crainte.


Wengo

Wengo

Les commentaires sont désactivés.

Vous aimerez aussi...