Le Blog by

Le conseil bien-être des experts

Comment gérer son hyperémotivité ?

Wengo

Wengo

A chaque comédie romantique, vous pleurez ? Vous êtes à fleur de peau et un rien peut vous chambouler. Vous ressentez sûrement trop les émotions. Pas de panique, près de 20% de la population mondiale serait touchée par l'hypersensibilité émotionnelle ou hyperémotivité ! Comment mieux gérer ce trouble ? Découvrez 5 conseils pour vous. 

 

Selon le psychanalyste Savrerio Tomassella, être sensible, c’est être capable de ressentir profondément et intensément les sentiments, mais c’est aussi appréhender le monde sous le prisme des émotions, en oubliant sa dimension mentale. Entre un sentiment d’inadaptation au monde et des connotations négatives, pas toujours simple de gérer l’hypersensibilité…

Hypersensibilité émotionnelle : quelles sont les causes ?

 L’hyperémotivité est innée, des chercheurs ont prouvé que le cerveau des hypersensibles est doté d’une plus grande empathie. Les zones neuronales liées aux émotions et à l’interaction avec les autres sont beaucoup plus utilisées que chez les autres. L’hyperémotivité est donc quelque chose avec laquelle il faut apprendre à vivre, qu’on ne peut pas faire disparaître.

5 astuces pour gérer son hyperémotivité

Si vous êtes hypersensible on a déjà du vous dire que vous étiez souvent à cran, prise de tête voire caractériel(le). Il y a divers signes qui permettent de reconnaître l’hyperémotivité, tels que la fatigue fréquente, le besoin de solitude, l’intolérance aux bruits forts, la difficulté à faire des choix, sauter le pas, le stress, le fait de souvent pleurer ou d’être facilement irrité(e)… Bref, la vie n’est pas simple pour les hyperémotifs, c’est pourquoi il peut être utile de mieux la gérer afin qu’elle soit, plus un don qu’un fardeau.

1. Prenez du recul

Le sentiment d’empathie est très fort chez les hypersensibles. Face à ça, il faut s’obliger à réfléchir aux sentiments que l’on ressent. Sont-ils véritablement les vôtres ou ceux des autres ? Si ce sont ceux des autres, vous devez alors tenter d’écarter l’information et de vous reconcentrer sur vous-même.

2. Lâchez prise

Ce n’est pas parce que vous acceptez tout des autres qu’ils vous aimeront. Vous ne pourrez pas non plus régler toutes les injustices que vous voyez. Apprendre à lâcher prise est essentiel pour se libérer d’un sentiment de culpabilité insoutenable au quotidien.

3. Apprenez à vous relever

Non, l’échec n’est pas une fin en soi. Les hypersensibles, doivent comprendre que c’est un moyen de se surpasser. La seule motivation ne doit pas être la peur de l’échec, sinon, le fait de rater peut entraîner vers une dépression. L’échec doit devenir un moteur vers la réussite.

Apprenez à gérer votre hyperémotivité avec l'aide de nos psychologues.
Contactez-les !

4. Soyez moins agressif(ve)

Extrême sensibilité et agressivité sont des caractéristiques de l'hyperémotif. Lorsque ce dernier se sent pris en étau, il réagit violemment. En mettant de côté cette agressivité, on laisse la place au dialogue, on écoute les critiques, ainsi on avance et on se rend compte que les choses ne sont pas aussi graves qu’elles paraissent. Pour cela, vous pouvez utiliser la méthode de la communication non-violente, résultats garantis ! 

5. Retrouvez votre paix intérieure

Les émotions ne sont pas nos ennemies mais pour renouer avec elles de manière positive, rien ne vaut la pratique d’une activité artistique, quelle qu’elle soit. Le théâtre, peut être l'activité idéale, car en jouant un personnage, vous cessez d'être le pantin de vos émotions ! Vous pouvez également développer votre calme intérieur en pratiquant la méditation de pleine conscience ou le yoga par exemple. 

 

Gérer son hypersensibilité peut aussi se faire avec l’appui d’une thérapie, notamment une psychanalyse ou une psychothérapie. Il existe aussi des groupes de paroles comme Les Emotifs Anonymes, qui peuvent vous aider à mieux maîtriser vos émotions.


Wengo

Wengo

Les commentaires sont désactivés.

Vous aimerez aussi...

Je n’aime pas travailler, et alors ?

Henri Salvador chantait "Le travail c'est la santé... rien faire c'est la conserver", voilà qui en dit long ! Mais entre ne pas aimer son travail et ne pas aimer travailler, il y a un pas... que certains franchiraient bien.

Lire la suite
Wengo

Wengo