Le Blog by

Le conseil bien-être des experts

Dysmorphophobie : la mauvaise image de soi

Wengo

Wengo

Le dysmorphophobie est la crainte obsédante d’être laid ou malformé. Ce trouble atteindrait 2% de la population mondiale. Bien plus qu’un simple complexe physique, la dysmorphophobie peut conduire au repli social, à la dépression, voire au suicide. Qu’est-ce que la dysmorphophobie ? Comment la détecter et comment la soigner ? On vous en dit plus.

 

La plage approche ou est déjà là et nul doute que vos petits complexes refont surface. Eh oui ! dur de comparer sa silhouette à celles parfaites et inatteignables des magazines. Mais lorsque le défaut sort du cadre du complexe pour devenir une véritable obsession, on parle alors de dysmorphophobie, un trouble obsessionnel compulsif (TOC). Peu connu, ce trouble est parfois même ignoré de ceux qui en souffrent, tant ils sont focalisés sur leur corps.

 

Qu’est-ce que la dysmorphophobie ? Symptômes et signes

L’adolescence est un passage difficile pour l’acceptation de son corps et si ces jeunes passent de nombreuses heures à s’observer, rien de pathologique ici. C’est pourtant à l’époque de l’adolescence qu’apparaissent les symptômes de la dysmorphophobie, bien que le diagnostic soit plutôt établi vers la trentaine.

 

Dysmorphophobie du visage ou dysmorphophobie corporelle

Les personnes qui souffrent de ce trouble ont honte d’une ou de plusieurs parties de leur corps, souvent la tête et le visage, mais l’obsession peut s’étendre à toute la silhouette ou être focalisée sur le poids, dans le cas de troubles alimentaires. Ils peuvent passer de longues heures à s’observer dans le miroir, s’inspectant sous toutes les coutures, tentant de masquer leurs défauts ; oreilles, nez, dents, etc. Leur corps est un véritable objet de souffrance, les dysmorphophobiques se sentent défigurés, voire monstrueux et ce comportement peut altérer le fonctionnement psychologique et social de ces personnes.

 

Dysmorphie musculaire

Si la dysmorphophobie touche autant les hommes que les femmes, la dysmorphie musculaire serait le pendant masculin de la névrose anorexique. L’individu très musclé continu de se voir trop fluet, trop maigre, trop petit. Son obsession l’entraine donc vers une pratique sportive intensive, accompagnée de régimes alimentaires et suppléments nutritionnels.

Complexé ? Vous ne supportez plus votre physique ?
Parlez-en à nos psychologues

Conséquences et causes de la dysmorphophobie

La honte ressentie pousse souvent les dysmorphophobiques à avoir des difficultés sociales. Ils peuvent restés cloitrés chez eux par temps de pluie ou de vent par peur d’être démaquillés ou décoiffés, pouvant passer la journée entière à penser à leurs défauts, beaucoup vivent seuls et n’ont pas de travail, car ce TOC pousse au repli social.
Certains s’appliquent tant de crème ou de traitement qu’ils se provoquent des blessures.

Les individus qui souffrent de dysmorphophobie ont une estime d’eux très basse et les dépressions ne sont pas rares. Ils vont souvent chercher la solution auprès d'un dermatologue ou d’un chirurgien esthétique, mais ce n’est qu’un leurre car l’intervention chirurgicale va déplacer le problème sur une autre partie du corps.

Dans les cas les plus sévères, pour améliorer leur état physique certains vont jusqu’à pratiquer l’auto-chirurgie, faire des tentatives de suicides, ou se suicider.

Les causes de ce trouble sont assez diverses :

  • des sévices ou moqueries sur le physique durant l’enfance
  • un échec, une rupture, une trahison pousse à se focaliser sur un défaut et à se persuader qu'il est la cause de sa souffrance
  • la peur de la sexualité dont le défaut ou la laideur imaginés protègent

>>> Cet article pourrait vous intéresser : 5 astuces pour développer sa confiance en soi

Comment se soigner ? Traitement contre la dysmorphophobie

Lorsque l’isolement social et la dépression sont importants, il faut se tourner vers la psychothérapie. S’agissant d’un TOC, la thérapie cognitive et comportementale a fait ses preuves pour soigner les dysmorphophobiques.


Wengo

Wengo

Les commentaires sont désactivés.

Vous aimerez aussi...