Le Blog by

Le conseil bien-être des experts

ACTU – Zoom sur la nomophobie, le mot de l’année 2018

Wengo

Wengo

Vous ne sortez jamais sans la batterie de votre téléphone portable chargée à 100%, vous n'aimez pas être dans un lieu où le réseau ne passe pas ... Vous êtes nomophobe ! Le terme "Nomophobie" vient d'être élu le mot de l'année 2018. On vous en dit plus.

L’addiction au téléphone : la nomophobie

La nomophobie est la contraction de « No mobile phone phobia ». Elu mot de l’année 2018, le Cambridge Dictionnary le définit comme une « peur ou inquiétude à l’idée d’être sans son téléphone mobile ou dans l’incapacité de l’utiliser ». Notez que le mot reste encore absent du dictionnaire français. Nous pouvons retrouver quatre dimensions de la nomophobie : Ne pas être en mesure de communiquer, perdre sa connexion, ne pas pouvoir accéder à l’information et renoncer au confort. Elle peut également être reliée à la FOMO ou « Peur de manquer quelque chose », les personnes sont ici inquiètes de rater l’événement ou l’information de l’année des réseaux sociaux.

Nomophobie : faites le test

Vous êtes sûrement nomophobe si, qu'importe le lieu où vous vous trouvez, vous gardez votre téléphone ouvert et à portée de main mais aussi si :

  • Vous êtes angoissé à l'idée d’être privé de votre téléphone : vous l’avez toujours sur vous et vérifiez toujours si vous l’avez. Vous vivez dans la peur de le casser et de vous le faire voler.
  • Vous avez la phobie d’être déconnecté de vos proches, de ne pas pouvoir lire vos mails.
  • Vous vérifiez toujours la batterie, et avez toujours un chargeur ou une batterie portable sur vous pour ne jamais être à plat.
  • Vous détestez vous trouver dans un lieu où vous n’avez ni réseau ni internet. Quand vous sélectionnez votre lieu de vacances, la présence de Wifi est obligatoire.
  • Vous préférez avoir vos proches au téléphone plutôt que les rencontrer.
Vous vivez avec la boule au ventre de perdre votre téléphone ? Trouvez astuces et conseils auprès de nos psychologues diplômés.
Contactez-les !

Nomophobie : les causes et conséquences

La nomophobie est très présente chez les jeunes entre 18 et 25 ans. Elle serait synonyme de fuite du réel, des problèmes et des conflits, comme les jeux vidéos par exemple. L’autre cause de la nomophobie serait de combler l’ennuiNous le remarquons clairement dans les transports en commun, de peur d'être isolés, nous nous cachons derrière notre écran qui nous réconforte ! Si l’addiction au téléphone n’est pas encore un motif de consultation très répandu chez les professionnels comme les psychologues, cela pourrait bien se développer.

S'il se sent privé de son téléphone, le nomophobe peut être victime de crises d’angoisse, de tremblements, de sueurs, de tachycardie... Les conséquences de la nomophobie peuvent également être une fatigue oculaire, des douleurs dans la nuque voire une tendinite du pouce !

Nomophobie : les statistiques

En 2018, en France, nous passions 4h48 par jour sur internet et 1h22 sur les réseaux sociaux. (Etude de WeAreSocial et Hootsuite)

En 2018, 93% des Français utilisaient un téléphone mobile dont 71% de smartphones. (Etude de WeAreSocial et Hootsuite)

En 2012, 66% des Anglais déclaraient être très angoissés à l’idée de perdre leur téléphone

En 2014, en France, 78% des moins de 25 ans étaient accros à leurs téléphones mobiles

22% des Français jugent impossible de passer plus d’une journée sans téléphone et 34% chez les 15-19 ans.

Que faire pour vaincre la nomophobie ?

Dans un premier temps, la prévention reste un point essentiel. L'apprentissage des limites et l'emploi modéré des écrans doit être au coeur de l'éducation numérique.

Dans un second temps, vous pouvez essayer de fermer votre téléphone un peu plus longtemps à la maison, de sortir en le laissant chez vous… Les grandes entreprises du numérique vous permettent également de limiter votre consommation d’écran au travers de gestionnaires de temps. Vous pouvez ainsi voir le temps passé sur chaque application et tenter de le diminuer chaque jour. Notez que les journées mondiales sans téléphone sont du 6 au 8 février, l’occasion de se fixer un beau défi !

Pour une nomophobie plus sévère, vous pouvez faire appel à un psychologue qui passera sûrement par une thérapie cognitive et comportementale, très utilisée contre les phobies.


Wengo

Wengo

Les commentaires sont désactivés.

Vous aimerez aussi...

Comment énerver un pervers narcissique ?

Vous avez sans doute mille et une raisons de vouloir énerver un pervers narcissique, mais les retombées d'un tel acte peuvent être très néfastes. Voilà comment énerver et se venger d'un pervers narcissique sans prendre de risques.

Lire la suite
Wengo

Wengo