Le Blog by

Le conseil bien-être des experts

ACTU - Travail et santé : 1 employé sur 5 présente un risque de trouble psychique

Wengo

Wengo

L'étude qui est parue ce lundi 26 novembre, montre que 22% des employés français présentent une détresse « orientant vers un trouble mental ». Voilà un véritable enjeu de santé publique qui n'est pas à prendre à la légère.

 

La Fondation Pierre Deniker a présenté le 26 novembre, au Conseil économique, social et environnemental (CESE), une étude* selon laquelle un français actif sur cinq présente une détresse « orientant vers un trouble mental ». Un très mauvais résultat qui serait notamment dû au déséquilibre grandissant entre vie professionnelle et vie personnelle. Faites-vous partie des employés à risque ? Faisons le point avec vous.

 

Risques de troubles psychiques : qui sont les employés les plus touchés ?

Selon l'enquête de la Fondation Pierre Deniker, créée en 2007, pour la recherche et la prévention de la santé mentale, les actifs qui présentent le plus de risques de trouble psychique sont les femmes. En effet, elles seraient 26% contre 19% pour les hommes. La charge mentale, plus présente chez elles, pourrait faire partie des facteurs aggravant.Tous sexes confondus, d'autres facteurs élèvent aussi le niveau de risque :

  • les actifs travaillant plus de 50 heures par semaine
  • les actifs qui n'ont pas de bureau fixe
  • les personnes ayant un revenu inférieur à 15000 euros par an
  • les actifs qui passent plus d'une demi-heure dans les transports
  • les actifs aidant des personnes handicapées ou en perte d'autonomie
Votre souffrance au travail ne doit pas rester muette.
Parlez-en avec nos psychologues !

 

La nécessité de l'équilibre entre la vie professionnelle et personnelle

En croisant l'évaluation de la détresse psychique avec l'exposition aux facteurs de risques psychosociaux - travail valorisant, solidarité entre collègues, soutien de la hiérarchie, harcèlement, confiance en l'avenir professionnel... -, l'étude a identifié le poids des principaux facteurs, le premier étant l'équilibre vie professionnelle / vie personnelle, qui est le « plus impactant ». 45% des actifs qui déclarent ne pas parvenir à mener de front les deux (15% des personnes interrogées) "présentent un haut risque de trouble psychique" contre 18% de ceux qui y parviennent, selon l'étude.

Désormais, la Fondation Pierre Deniker en appelle aux pouvoirs publics pour « investiguer les liens de causalité entre troubles mentaux et facteurs de risques psychosociaux ».

 

Cet article pourrait vous plaire : Quelles sont les principales causes de mal-être au travail ?

 

Quelles sont les maladies psychiques liées au travail ?

La souffrance au travail est un enjeu social et économique, car le coût des troubles psychiques est très lourd. Économiquement, il se mesure en milliards d'euros, quant à l'impact humain, il est considérable et dure souvent sur le long terme, car les troubles psychiques sont de diverses natures :

  • dépression
  • troubles anxieux
  • troubles obsessionnels compulsifs
  • troubles bipolaires
  • schizophrénie
  • addictions

Dans un premier temps, selon l'étude, la solidarité entre collègues, un travail valorisant ou encore la confiance en son avenir professionnel, semblent être des remparts contre ces souffrances, mais espérons que les pouvoirs publics se penchent plus en avant sur ce dossier. Enfin, si vous ne vous sentez pas bien dans votre travail, sachez que les psychologues du travail sont là pour vous écouter, ou que vous pouvez contacter l'un de nos psychologues en ligne.

*Enquête réalisée en ligne du 27 février au 6 mars auprès d'un échantillon représentatif de 3.200 actifs français selon la méthode des quotas.


Wengo

Wengo

Les commentaires sont désactivés.

Vous aimerez aussi...