Le Blog by

Le conseil bien-être des experts

Santé mentale : pour la préserver il faudrait travailler 8 heures par semaine

Wengo

Wengo

Il est 18h et vous partez enfin du travail. Mails, réunions, pauses café, les journées se ressemblent et s’enchaînent. Si certaines personnes sont en surinvestissement professionnel, d’autres peuvent s’ennuyer des journées durant ! Les risques ? Un burn-out ou un bore-out ! Et si travailler moins d’heures était la solution idéale pour préserver notre santé mentale ? Explications.

 

Le travail permet de rencontrer des gens, de contribuer à la société, de se socialiser mais aussi de gagner notre vie et ainsi consommer librement. Le chômage en plus, est généralement associé à des conséquences négatives sur la santé mentale et physique. Pourtant il serait essentiel de trouver un juste milieu. Comme l’explique Daiga Kamerade, sociologue à l’université de Salford « C’est comme la vitamine C : nous en avons tous besoin à une certaine dose, mais il ne sert à rien d’en prendre plus que nécessaire car cela n’aura aucun bienfait supplémentaire pour la santé, et en prendre en trop grande quantité aura un effet néfaste ».

Travailler 8 heures par semaine : pourquoi ?

Une étude réalisée en juin 2019 par les universités de Cambridge et de Salford ont cherché à évaluer la relation entre les changements d’horaires de travail, la satisfaction des salariés et leur santé mentale. Travailler 8 heures par semaine réduirait de 30% les risques de développer des problèmes de santé mentale et des troubles psychiques ! Et pour cause, selon une autre étude réalisée en 2015, travailler plus de 55 heures par semaine augmenterait considérablement les risques d’AVC et les risques pour le cœur liés au stress ou à un environnement professionnel toxique. Trop travailler serait alors une cause fondamentale du mal-être au travail.


Est-ce une utopie ?

Être en week-end 5 jours sur 7, travailler 2 heures par jour ou augmenter la durée des vacances annuelles de quelques semaines à plusieurs mois, cela vous fait rêver ? Ce fantasme pourrait bien se réaliser plus rapidement que prévu ! Les machines avec la robotisation des métiers ainsi que l’intelligence artificielle vont bientôt rendre de nombreux emplois superflus. Il faudra alors repenser la distribution des heures de travail.

Votre travail vous ronge ? Vous pensez être en burn-out ou en bore-out ? Contactez nos psychologues diplômés.
Contactez-les !

Travailler moins : quels sont les bienfaits ?

La santé psychologique repose également sur le travail car il rassure, amène une certaine routine, permet d’avoir un contact social. Il peut également donner un but commun et un sens d’identité mais le facteur économique à travailler moins est bien sûr à prendre en compte. Pourtant, réduire les horaires de travail ne serait que bénéfique :

  • Plus de temps libre : si nous travaillions moins, nous avons plus de temps à consacrer à la famille, à la communauté et à nos loisirs. Même si cela demande de repenser complètement la consommation, la qualité de vie est nettement meilleure.
  • La Terre nous remercie : les déplacements vers le lieu de travail étant réduits, les émissions de CO² également ! En 2019, nous sommes encore 3 Français sur 4 à venir au travail en voiture…
  • La productivité est améliorée : le temps de travail est optimisé. Un salarié qui travaille moins est plus concentré sur sa tâche car il a moins de temps pour effectuer ses missions.
  • Réduction des arrêts maladies : travailler moins signifie aussi tomber moins souvent malade, en dépression, en bore-out ou en burn-out ! Cela permet alors de réduire les congés maladies et de lutter contre l’absentéisme qui coûtent cher aux entreprises.

La Suède est l’un des pays qui a souhaité rapidement réduire son temps de travail pour plus de confort. Grâce à cette décision, le pays nordique a atteint en 2015 la deuxième place du palmarès du bonheur « Vivre mieux » réalisé par l’OCDE.


 Le saviez-vous ? Selon la DARES (Direction de l’Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques) en 2016, les Pays-Bas, le Danemark ainsi que l’Allemagne sont les pays qui travaillent le moins d’heures par semaine. Dans le cadre légal ou conventionnel, nous retrouvons la France avec 35.6 h, le Danemark avec 37 h et les Pays-Bas avec 37.1 h.


 

N’oubliez pas, on peut être plus productif en passant moins de temps au bureau en privilégiant la qualité à la quantité ! Pour faire un premier pas vers la réduction d’heures, les salariés mais aussi les employeurs peuvent privilégier le télétravail et adopter des horaires flexibles.

Un déséquilibre entre vie professionnelle et vie privée peut être désastreux tant sur la santé en provoquant un burn-out que sur les relations avec les autres (Conflits, divorces, lacunes dans l’éducation des enfants...). Au contraire, trop peu de travail peut entraîner un risque de procrastination pour cause de fatigue ou de manque de motivation ce qui peut provoquer un bore-out ou un brown-out.


Pour le bien-être au travail, il est donc essentiel de trouver un équilibre au quotidien entre vie de travail et vie personnelle : s’épanouir totalement dans son milieu professionnel, tout en dégageant du temps pour encourager son développement personnel. Alors, pour ou contre une semaine de travail de 8h ?


Wengo

Wengo

Les commentaires sont désactivés.

Vous aimerez aussi...