Le Blog by

Le conseil bien-être des experts

Les rêves, miroir de notre vérité intérieure (1ère partie)

 

 

Le rêve est un œil intérieur, une lucarne ouverte sur un monde qui fait partie de nous, qui est en nous, c'est un miroir dans lequel nous voyons le reflet de notre vérité, dans lequel on ne peut réellement se voir que dans le noir, là où en fin de compte la lumière peut jaillir…

"Lorsque dans le sommeil, l'homme ferme ses yeux charnels extérieurs, son âme voit la vérité en songe" Eschyle, "Les Euménides".

 

 

Qu'est-ce que le rêve ?

 

Pour commencer, penchons-nous un peu sur l'étymologie du mot "REVER". Il vient du latin "exvagus" qui veut dire "errer", vagabonder",  jusqu'à la fin du moyen âge il avait ce sens. Il faut savoir que la forme de pensée de cette époque n'était en rien pareille à celle d'aujourd'hui, à l'époque  l'âme et le corps étaient intimement liés, on ne considérait pas l'un sans l'autre, le langage symbolique était chose courante, on parlait beaucoup par métaphores, par parabole.

Aujourd’hui avec l'évolution de la pensée, des usages, de la culture et de la science; l'esprit s'est séparé du corps.

La pensée est devenue de plus en plus pragmatique, rationnelle et analytique par Descartes d'abord et ensuite par Newton. Dans le temps on regardait les objets uniquement dans leur représentation matérielle, on observait les choses sorties de leurs contextes, on n'en pénétrait plus le sens, cette autre face du miroir étant déléguée aux personnes s'occupant de la destinée de l'âme.

Actuellement "vagabonder et errer" ont une connotation plus pragmatique, plus concrète, tandis que "rêver" a une connotation plus poétique, réservée à tout ce qui n'est pas du domaine du concret. Un autre mot moderne similaire est "méditer", une sorte de rêve éveillé ou dirigé.

La forme de pensée évolue encore plus que jamais et ce au travers de la mécanique quantique et de la nouvelle forme de pensée qu'elle engendre qui elle-même donnera naissance à une nouvelle dialectique, on ne peut plus "observer" un objet et en comprendre sa raison d'être, sa fonction, sa dimension, son sens replacé dans un contexte.

L'Homme moderne vit à la surface de lui-même, il n'a plus guère de vie intérieure, il s'investit totalement dans des évènements extérieurs. Les rêves sont autant de ponts jetés entre notre conscient et notre inconscient, il ne tient qu'à nous de les traverser et d'en revenir avec une besace remplie de petites choses qui nous sont très utiles pour notre vie de tous les jours, ce sont des panneaux de signalisations routière pour parcourir notre chemin de vie.

 

Les phases du sommeil

 

Il faut que nous quittions notre état de conscience ou de veille et c'est entre autre le sommeil qui nous y emmène. Les autres chemins sont l'hypnose, la méditation, le rêve éveillé, mais ces techniques ne s'improvisent pas, elles requièrent la guidance  d'un spécialiste.

 

Le sommeil fait partie des fonctions naturelles chez les êtres vivants.

Les scientifiques se sont longuement penchés et se penchent encore sur notre sommeil.

Ils ont ainsi observé plusieurs phases:

 

Phase 1 - On entre dans un état de somnolence, les paupières s'alourdissent, on a du mal à se tenir en état de veille, cela dure plus ou moins 5 min, l'activité cérébrale diminue, les ondes électriques et les ondes Alpha deviennent plus lentes. La somnolence s'accentue, les ondes ralentissent encore, mais on n'est toujours pas dans un sommeil stable, cela dure environs 20 min.

Phase 2 - On entre ensuite dans une phase de sommeil confirmé, c'est à dire qu'on dort vraiment, les ondes alpha sont très lentes, c'est au cours de cette phase qu'on atteint le sommeil profond. (20 min)

Phase 3 -Le sommeil profond, les ondes alpha sont très lentes, toutes les fonctions ralentissement, rythme cardiaque, respiration, la température baisse (20min).

Phase 4 – On entre dans le monde des rêves, c'est le sommeil REM (Rapid Eyes Movements), mouvements rapide des yeux, cela dure également 15 à 20 min.

 

Le cycle se répète quatre à cinq fois durant la nuit et selon votre temps de sommeil. On consacre donc plus ou moins 1h30 par nuit à rêver.

Pendant cette phase de REM, les ondes s'accélèrent, le mouvement des yeux deviennent très rapides ce qui témoigne d'une grande activité cérébrale, le potentiel est de 5 fois supérieur à l'état de veille. La respiration également s'accélère qui peut aller jusqu'à 50 respirations par min, à l'état de veille elles sont de 18 - 20. Le rythme cardiaque et la température du corps augmente, c'est également pendant cette période que se produit l'érection spontanée totale ou partielle chez l'homme.

 Souvent on revient bredouille de son sommeil, on ne se souvient pas toujours de ses rêves, certaines personnes disent même ne jamais rêver. Or, on a tous et c'est prouvé scientifiquement, une activité onirique. Pourquoi alors ne pas s'en souvenir ?

 

Plusieurs hypothèses sont émises:

Une physiologique qui concerne la phase de réveil. Plus cette phase est longue, plus le souvenir s'estompe, cette phase dure selon les individus de 2 à 20 min, donc plus le réveil se situe proche du rêve, plus le souvenir est présent, plus on s'en éloigne, plus il s'estompe pour finir complètement effacé, cette phase de réveil joue le rôle d'une gomme, plus longtemps on s'en sert, plus elle efface pour finir par ne plus laisser de traces.

 

Une autre hypothèse est que notre état de conscience est complètement engourdi et donc de moins en moins à l'écoute de tous les "signes" émis par divers sémaphores dont font partie nos rêves. Cette anesthésie de notre état de conscience est le fruit de la modernité, nous sommes constamment "briefés" par une multitude de messages qui suggèrent nos comportements. On est à l'écoute de tout ce qui vient de l'extérieur et on accorde pas le moindre intérêt à ce qui vient de l'intérieur, on bouche nos écoutilles du dedans, on s'ampute d'une part de nous-même, ce qui à terme provoque un déséquilibre qui débouche sur des névroses. Ne pas "écouter" les signes émis par ces sémaphores de la vie, est comme si on empruntait une route sans tenir compte du code, gare aux accidents !!!

 

Le rêve, du moyen âge au monde moderne

 

Les rêves jusqu'à la fin du moyen-âge, et jusque l'arrivée du rationalisme (avec Descartes et Newton) avaient leurs mots à dire, ils étaient pris en considération, on ne les reléguait pas dans une oubliette sous prétexte de divagation irrationnelle, n'ayant aucun sens et juste bon à meubler les fantasmes de quelques joyeux farfelus.

Les rêves ont perdu leur crédibilité, on les regarde avec dédain, on s'en moque volontiers. Ils sont laissés aux poètes.

 

Dans l'ère moderne, c'est Freud qui le premier à redécouvrir le pouvoir des rêves. Il a refait le chemin inverse, il a arpenté le sentier des rêves pour comprendre la réalité intérieure de ses patients et ainsi dénouer les nœuds invisibles et leurs apporter une vraie aide. C.G. Jung son élève et continuateur a été plus loin encore et en a fait un réel outil de travail. Les rêves de ses patients étaient de vraies banques de données, une source d'informations d'une grande richesse. Il considérait chaque rêve comme un rêve unique, particulier, sans précédent, ni similitude avec le rêve d'autres personnes. Un rêve est quelque chose de très personnel qui n'appartient à nul autre, puisque qu'il va puiser son matériau dans votre inconscient et que chaque individu porte en lui son inconscient et pas celui d'un autre.

 

Les rêves sont des images que nous portons en nous, pour les comprendre, il faut les relier à notre vécu. Il n'y a pas d'interprétation généraliste des rêves puisque le rêve est quelque chose de personnel, c'est l'expression de notre inconscient et de tout ce qu'il porte. C'est au travers du langage symbolique qu'on peut en aborder la lecture, et bien que ce soit un  langage universel, il trouve une résonance particulière en chacun de nous.

Dans ce domaine on entend souvent le terme "d'archétype", un archétype est un modèle primitif, un thème fondamental qui vit dans notre inconscient (par ex: les parents, l'eau, …) et bien que le concept soit général, la perception en est différente pour chacun. Notre inconscient est quelque chose de très complexe qu'on n'a pas encore pu véritablement définir, c'est avec la même complexité qu'il exerce son talent de "fabricant d'images" pour pouvoir communiquer avec notre conscient.

Au travers de la compréhension de nos rêves, nous pouvons ainsi établir un dialogue entre le Moi et notre inconscient, nous apportant sans cesse des éléments pour une meilleure connaissance de soi. Ils sont des miroirs impersonnels dans lesquels nous pouvons nous y réfléchir, nous voir sans complaisance, sans notion de jugement, ils donnent des informations, pas d'appréciations ni de jugements. Ils nous donnent des conseils parfois par des messages forts ou par une personne bienveillante.

 

Faites de beaux rêves en attendant la suite...

 

Myriam Marie Claire Dewulf
Astrologue, tarologue, rêves


Les commentaires sont désactivés sur cet article.

Vous aimerez aussi...