Wengo

N°1 du conseil d’experts à distance

Bienvenue sur le blog de Luca Della gendronniére

être Medium. Comment ? pouquoi ?

D'où nous venons, comment et pourquoi ?

Je tiens à vous livrer aujourd’hui une de mes expériences, unique et intemporelle. C’est une de ces expériences qui bouleverse une vie humaine, qui balaye tout et fait définitivement basculer l’existence. Elle est irréversible car aucun retour en arrière ne devient ni n’apparaît possible après sa manifestation.

 

Je ne lis pas. Pourtant, je suis avide de connaitre et d'apprendre, surtout d'apprendre de l'autre pour me connaitre mieux.

J’ai toujours voulu savoir le pourquoi des choses, de ce qui est ma vie, de cette succession d'échecs, qui furent pourtant des réussites.

On peut dire que j’ai toujours été dans une quête, une quête de sens et d’absolu. Je pourrais être celui qui porte sa lanterne et qui cherche à éclairer son chemin malgré tout.

Une force m’a toujours poussé à chercher, chercher encore le sens profond de l’existence, de la vie et des épreuves qui ont jalonné mon chemin comme celles qui jalonnent celui de tous.

La vie m’aura alors appris ce que nul livre ne pouvait me donner.

De mon père j'ai retenu :

« Un métier se vole, il ne s'apprend pas. Si tu sais voir, si tu sais regarder, tu as fais la moitié du chemin. Pour le reste, mets en application ce que tu as retenu. »  Ce que je fis.

Egalement cette parole du sage « La science des livres reste dans les livres. » a constamment raisonné en moi comme une évidence.

Qu'avais-je à comprendre de cela ? Sinon que chaque personne est différente, que nous avons tous, nos envies ou désirs, notre rythme, notre foi si cela est, et bien d'autres choses encore.

J'ai, malgré tout, les diplômes qui convenaient à mes parents, diplômes qui m'ont simplement servi à affirmer un métier, une sorte de reconnaissance. Pourtant, des métiers, j’en ai eu plus d’un à travers le même en gravissant les échelons et en m’élevant dans l’échelle sociale.

J’apprenais, je n’apprenais en définitif rien, sinon gagner ma vie alors que je l'avais déjà. J’avais une vie matérielle constituée de tout que je pouvais accumuler et posséder autour de moi. C’était une sorte de course vers l’inutile, le dérisoire, vanité des vanités.

Pourtant, au plus profond de mon être, germait cette graine, qui me forçait à vouloir comprendre la vie, le pourquoi et qui j'étais. Cette quête de sens revenait sans cesse et ne me laissait que de courts répits.

Pour cela, il me fallait renaitre dans cette vie, sans psychanalyse, freudienne ou autre. Je devais renaitre sans complication du moi et du surmoi, du conscient ou de l’inconscient et surtout sans masturbation mentale qui empêche d'avancer et de comprendre de manière simple qui est à la genèse de ma vie (du moi). Sans prétention aucune, j’avais le profond désir de pouvoir moi aussi dire « Je Suis » sans me prendre pour Dieu.

Je fus, jeune, attiré par les sciences, par la nature de l'homme, dans ses attitudes, son regard et par le verbe aussi. Mon éducation judéo-chrétienne me portait aussi vers ce qui allait être le pilier de mon édifice spirituel : la Foi. Sans cette foi, je n’aurais jamais pu surmonter tant et tant d’épreuves envoyées sur ma route pour me façonner, me transformer et faire de moi l'homme que je devais incarner, celui que l’on appelle médium.

Comment apaiser la souffrance si on n’a jamais ressenti la douleur ?

Comment expliquer la perte si on n’a jamais connu le vide ?

Comment faire comprendre l’attente si on n’a jamais traversé le désert ?

Comment redonner l’espoir si on ne l’a jamais perdu ? 

Cela pourrait être un rôle de composition si je devais prétendre être ce que je ne suis pas, jouer de ce que j'aurais appris dans les livres pour asservir tel ou tel et créer des dépendances aux effets pervers.

J’aurais connu l'opprobre, subi l’anathème, les trahisons, les vols alors que je donnais.

Toutes ces épreuves étaient devant moi, j'aurai pu les contourner mais elles seraient restées accrochées à moi comme un boulet, me forçant à trainer du pied pour avancer.

Il n'est d'épreuves insurmontables qu'il nous est donné de vivre. On ne reçoit en effet, que ce que l’on est capable de surmonter, de dépasser et de transcender. Il me fallait alors les vivre, inévitablement et sans détour.

Je ne me trouvais pas différent. J'étais différent. Dans ma manière d'être, j’avais l’impression de savoir ce que certains ne comprenaient pas.

Pourtant, demeurait en moi un doute permanent, constant et lancinant  qui m'obligeait à aller toujours au-delà. Tout semblait à ma portée, tout était facile, tout m'était prêté pour l'instant d'une vie, et plus rien.

Seules me restaient cette foi et cette constance dans ce que je voyais ou formulais à ceux qui avaient besoin de savoir, qui avaient besoin de réconfort ou de certitudes. Je tentais de leur transmettre ce qui était donné pour eux, pour les aider à avancer. Même si évidemment, le sage n'affirme que ce qu'il peut prouver.

Cependant, mon impatience, mon impertinence me faisaient faire des erreurs, comme tout un chacun et au fur et à mesure, se faisait ressentir un vide intérieur qui n’arrêtait pas de se creuser.

Je revenais d'une brisure affective et vivais une reconstruction avec la venue d'un enfant. Mes beaux parents voyaient à travers moi l'image d'un sorcier alors que je faisais ce je pouvais pour éclairer la route de ceux qui m’étaient confiés.

Je travaillais aussi dans les sépultures. Inhumations et exhumations étaient mon lot quotidien, en plus de ce qui était mon don de médium.

Alors un jour, usé, las de tout cela et à bout de forces, je lançais comme un appel au secours. Je souhaitais désespérément que l’on puisse m'entendre. Au fond, je ne demandais qu’un soutien, une lueur d’espoir. Dans cette pensée qui était mienne, je criais de douleur : « ELI,ELI, Lama sabachthani » La réponse ne se fît pas attendre : « Je ne t'ai jamais laissé. C'est toi qui t'es écarté du chemin. Le jour où tu me verras ta vie commencera. »

J’attendais comme un signe, j'ai eu plus que cela. J’ai eu une révélation.

Quelques temps après, un matin, réveillé par je ne sais quelle force, je vis une émergence lumineuse dans l'angle de la pièce où je dormais avec ma femme et mon fils. Je m’assis et contemplais cette luminosité mouvante qui parlait à mon cœur et à mon esprit. Elle me donnait les images d'un enfant qui faisait le tour du lit en venant vers moi, comme pour me le présenter. Je pris ces signes pour une Révélation destinée à me faire comprendre ma voie et à me prouver que ma foi n’avait jamais été vaine.

J'aurai pu dire alors : « J'ai vu. Ma vie va commencer. »

Hélas, je crus qu’elle s’arrêtait net quelques semaines plus tard. On me soumettait l’intention d'une séparation. « Vade Retro Medium » Mon monde et ma vie s’écroulaient soudainement comme un château de cartes. Qu’il y avait-il à comprendre dans tout cela ? M'aurait-on trompé ? Ces paroles n'avaient-elles aucun sens ? Pourquoi encore une épreuve supplémentaire ?

Ce que mes yeux ne pouvaient voir, occultés par la passion d'un amour familial, on me le fit comprendre. Toute entrave à ce que je devais faire, tout obstacle à cette mission, comme d'un naturel s’arrêtait. L’explication était là. Les illusions tombées, il restait désormais l’Etre. Indubitablement, il fallait faire jaillir l’Etre pour redécouvrir le Soi.

Je devais alors être libre pour avancer et faire ce qui allait se construire par la suite. Il fallait que je sois seul, sans entraves et avec pour seul amour, celui de ceux qui m’accompagnent chaque jour, mais aussi soutenu et porté par l’amour inconditionnel de celui que j'ai appelé dans un moment de doute.

Longtemps il m'aura fallu pour comprendre ce qu'était cette force lumineuse dans laquelle j'essayais de trouver un visage, de mettre un nom.

Je compris plus tard que cette force était l'extériorisation de ce que nous avons tous en nous et que certains nient ou rejettent : «l'Esprit Saint» ou «Saint Esprit», s’il fallait donner un nom. C’est celui qui reflète l'image de ce que nous sommes à la genèse de nos vies, sans souillures, sans les morsures du temps et les douleurs à venir, avant d'apprendre à marcher et savoir en toutes circonstances rester debout.

De cette renaissance dans l'Etre, j'ai pu véritablement comprendre ma voie : celle du médium. J'aurais expérimenté tout ou une partie des dons qui sont les miens et qui pourraient être aussi les vôtres, si l'attachement au matériel n'était une entrave à vos vies, à notre vie.  Ces vies où tout est ostentatoire, où derrière de belles paroles ou de belles affiches se cache le profit. Ces capacités seraient à la portée de tous si les illusions matérielles étaient abandonnées. Dans cette vie, où l'on m'a tout donné ou devrais-je dire prêté, est venu le moment où l’on m’a tout repris.

Cependant, immuables demeuraient mes dons, la véritable richesse.

Je pus en comprendre la portée et la signification le jour où je dus faire une consultation à domicile. Une amie me présenta cette femme qui allait connaitre un moment que nulle femme avant elle (selon écriture) n'avait connu. La tristesse qu’elle dégageait lorsqu’elle se présenta devant moi fut frappante et sa problématique m’apparut quelques instant plus tard : elle ne pouvait enfanter. Cette dame avait eu recours à plusieurs médecins, avait subi de nombreuses FIV et le résultat restait malheureusement sans appel. C’est la raison pour laquelle elle fut bouleversée lorsqu’un enfant se manifesta lors de notre entretien.

« C'est votre fils qui se présente à vous, il prépare sa venue. »

C’était pourtant ce que l’on me demandait de lui annoncer. En effet, contre toute attente, je devais lui révéler sa maternité à venir. Cet enfant se présentait ici à sa mère avant sa naissance. Cet esprit prenait forme pour lui annoncer sa venue prochaine.

Quant à moi, je n’eus pas de peine à le reconnaître, c’était celui que l’on m’avait montré dans ma chambre des années auparavant. Aucun doute ne fut permis à ce moment là.

Troublée par cette annonce, elle fut évidemment profondément ébranlée. On allait lui apporter ce dont elle n’imaginait plus la possibilité, procréer, donner la vie à un être humain. Cette consultation et cette apparition furent salvatrices et lui insufflèrent la foi et la patience nécessaires pour continuer son chemin.

Ainsi, peu de temps après, cette femme put concevoir et enfanter un fils comme il le lui avait été annoncé. La médecine avoua ses limites et, stupéfait, l’obstétricien lui-même annonça « C'est un don de Dieu. Evitez l'amniosynthèse pour les risques. » Sages paroles venant de cet homme qui ne croyait pas si bien dire.

Bien entendu, ce fût un merveilleux cadeau pour moi aussi, qui compris à ce moment ce que voulait dire renaissance, dans l'être. Hélas, la vie a aussi un chemin à faire à travers nous. Cette femme s’est maintenant repliée sur elle-même, ne voyant que son fils. Une forme d’égoïsme s’est mise en place et elle en a oublié ce qu’elle devait apporter à d’autres, comme un échange, étant trop absorbée par le matériel alors qu'elle a eu la preuve de l’existence d'un Tout, de ce que l’on peut appeler un miracle du divin. L'ingratitude est aussi un écueil qui nous empêche d'avancer.

Tout est renaissance.

Chaque réveil nous offre une nouvelle vie.

Comprendre qui nous sommes permet à chacun d'en assumer les conséquences, les vicissitudes et les joies.

 

Bien à vous

Luca

Merci à Diane, médium en construction

 

Un texte que j’ai reçu le 29/08

La voie du médium

La voie du milieu

Celle qui tu as choisi d’emprunter

Celle qui fera désormais partie du tout, de l’univers entier

Celle qui accomplira les miracles du divin

Celle qu’il faut tenir

Celle qui doit se réaliser

Bien des fois cela a été dur

Bien des fois tu t’es révoltée sur ce chemin

Bien des fois tu te révolteras encore

Mais tiens toujours la barre

Accroche toi toujours

Ne la lâche jamais

Ne lâche jamais nos mains car elles te tiendront toujours

Quoi qu’il arrive, quoi qu’il advienne, n’abandonne pas

Sois toujours au service de tous, pour le bien commun.


Vous aimerez aussi...


2021 - MyBestPro - 1-5 rue du 8 Mai 1945 - 92110 Clichy